Comment, moi qui ai tant de livres ai-je pu en dépiauter un ?

 18276746682_85ae3dc39e_o


 

+


 Critique du livre


par Colimasson
http://colimasson.blogspot.fr

« L’écriture vire à l’hallucination.
Hier, en marchant sur les trottoirs avec mes neveux, j’ai entendu un sifflement et j’ai crié :
– Couchez-vous !
Ils m’ont regardé, interloqués. Un vélo passait.
J’avais cru reconnaître un shrapnell. »

Ah ! quel humour ! et quel don prodigieux de l’exagération ! Ainsi EES revient-il sur le parcours de l’écriture de la part de l’autre dans son Journal du livre –journal qu’il n’a bien sûr pas écrit pour lui-même mais à seule fin d’être inclus en conclusion de la part de l’autre, comme témoignage de la souffrance qu’un auteur s’est infligé pour satisfaire son lectorat trop souvent ingrat. En vérité, ce témoignage vient trop tard. Pour donner le ton exact du livre, il aurait dû être placé en introduction et aurait peut-être dissuadé bien des lecteurs qui n’ont que faire des romans à la gloire de leur auteur.

Exagération, nous disions donc, mais aussi égocentrisme : ESS semble avant tout avoir voulu parler d’Hitler pour faire parler de lui. Avec un temps de retard, il s’imaginait sans doute qu’il suffisait d’évoquer ce nom pour faire trembler la foule, provoquer son enthousiasme ou sa répulsion extrêmes, et s’emparer de la place convoitée de l’écrivain controversé. Mais n’est pas Céline (entre autres et par exemple) qui veut.

« Grande résistance de mon entourage à mon projet. Seul Bruno M. comprend et m’encourage. Les autres, Nathalie B. en tête, m’incitent à renoncer.
– Tu ne peux pas associer ton nom à Hitler !
– Mais parler d’Hitler ne consiste pas à devenir hitlérien.
– Moi je sais que tu n’es pas nazi, mais les autres, les lecteurs pressés, les journalistes… »

ESS, trop innocent pour parler de Hitler ? Véritablement convaincu de l’indigence du thème de la Part de l’autre ? Sans doute pas assez innocent en tout cas pour ne pas sentir qu’il y a là de quoi pavaner et se faire passer pour un écrivain à la fois provocateur, martyr et polémique. C’est sans aucune honte qu’il croit bon d’inclure dans son Journal cette remarque faite par un de ses amis (forcément) :

« – Comment parviens-tu à raconter l’existence d’un raté, toi qui as toujours tout réussi ? me demande Bruno M. »

Un raté, Hitler ? Plutôt un vainqueur, même si ses exploits sont amoraux. Un vainqueur, EES ? En tout cas pas en ce qui concerne la Part de l’autre. L’idée était pourtant prometteuse. Que serait devenu Hitler –et donc le monde- si celui-ci n’avait pas échoué son examen d’admission aux Beaux-Arts ? Cette question, beaucoup se la sont déjà posée. Pour rendre cet exercice plus évocateur, EES ne se contente pas seulement de développer cette hypothèse ; il la fait évoluer parallèlement au « véritable » destin que connut Hitler. Pourquoi ces guillemets ? Parce que même si EES respecte les principaux marqueurs historiques de l’existence du dictateur, il s’autorise beaucoup de spéculation en lui attribuant des angoisses, des névroses et des sentiments qui le transforment moins en homme qu’en stéréotype ambulant –complexe d’Oedipe et de castration en tête.

Si EES semble persuadé de son talent et de son intelligence, aucune de ses remarques ne nous le prouvent. Espère-t-il se montrer fulgurant lorsqu’il écrit par exemple que Hitler n’est pas le seul coupable dans le génocide juif, mais qu’il faut aussi prendre en compte tous ceux qui l’ont aidé et qui ont cru en lui ? ou prend-il seulement son lecteur pour un ignare capable de rivaliser avec son portrait d’Hitler ? Afin de nous montrer que le personnage n’est pas un monstre total et sans vergogne, mais plutôt un triste sire qui ne joue pas assez à touche-pipi, EES abuse de la caricature et utilise des procédés grossiers qui, en tentant de détruire tout manichéisme réducteur, finissent par devenir également simplistes. Et cela commence dès l’enfance. Avant son échec aux Beaux-Arts, Hitler nous est présenté comme un gentil garçon de bonne famille. Absolument pas raciste, pas même antisémite, il passe du bon temps avec ses collègues et voisins étrangers, et pour que l’ouverture d’esprit de Hitler soit suffisamment flagrante, EES nous brosse des portraits qui réduisent l’individu à des clichés nationaux :

« Sans bien discerner pourquoi, il appréciait Guido. L’éternelle joie de l’Italien, son sourire désarmant, ses paupières rieuses, sa poitrine velue qu’il montrant sans gêne aucune, la force virile qui éclatait en lui… »

L’uchronie se met véritablement en place lorsque, dans un des deux univers possibles, Hitler apprend son échec à l’entrée des Beaux-Arts. Commence alors le cheminement que l’on connaît. EES se fait plaisir et introduit dans l’existence du personnage tous les détails graveleux qu’il est possible d’imaginer : complexe de castration, terreur des femmes, vie sexuelle inexistante, arrivisme, égoïsme, inceste limite pédophile… A l’opposé de cette existence qui connaît toutes les déchéances possibles, EES imagine le parcours d’un Hitler qui aurait été admis aux Beaux-Arts. Son énergie aurait alors été dirigée dans la réalisation de son oeuvre. Hitler aurait rencontré des gens avec qui il aurait pu élaborer des relations satisfaisantes, et tout s’enchaîne : copains, petite amie, vie sexuelle, travaux réussis, emploi stable, reconnaissance du milieu, famille… Avec EES, la vie se joue à pile ou face : pile, on gagne le jackpot social, professionnel et sexuel ; face, on sombre dans le milieu de la vermine, déshérité et rejeté de tous.

La part de l’autre, outre ses simplifications grossières, commence véritablement à devenir agaçant lorsqu’on comprend que Hitler n’est qu’un prétexte habilement utilisé par EES pour parler de lui –ou de ce qu’il croit être. Son discours à l’égard des deux personnages n’est pas neutre. Hitler l’homme politique a beau avoir réussi à dominer le monde et à le façonner durablement pour des décennies au moins, EES ne peut s’empêcher de le ridiculiser et de le mépriser en exacerbant son inaptitude à la vie sociale. En revanche, Hitler l’artiste est précipité sous une avalanche d’éloges derrière lesquelles se dessine la figure plus générale du créateur –celui qui transcende ses pulsions et instincts néfastes pour les transformer en oeuvres. le contexte historique est à peine évoqué. Quant au monde tel qu’il l’aurait été si Hitler n’avait jamais été au pouvoir, il n’est même pas évoqué. L’histoire se termine sur un air d’inachevé. On croyait lire une uchronie mais La part de l’autre n’est qu’un condensé de la Psychanalyse pour les nuls –à moins qu’il ne soit un manuel de libération sexuelle post-soixante-huitarde dont le credo adressé à Hitler aurait été : « Vide-toi un coup et ça ira mieux ». le Journal de la Part de l’autre apparaît alors à point voulu. En retraçant sa vie lors de l’écriture de son roman, de nombreuses similitudes se dessinent entre la personnalité d’EES et de Hitler l’artiste. Serait-ce une manière d’insinuer que si l’écrivain n’avait pas réussi à se faire connaître en tant que tel et aurait échoué à vendre ses petits romans, il aurait fini par devenir aussi décrépi que Hitler le dictateur, et aurait risqué de faire connaître au monde entier la virtuosité d’une vengeance sanglante ? EES, futur criminel de guerre ? Voilà qui ferait l’objet d’une uchronie tout aussi sympathique et inutile que cette Part de l’autre !

Lien : http://colimasson.over-blog.com/article-la-part-de-l-autre-2001-d-er..


Recette

Ingrédients
512 pages /
256 feuilles /
10,5cm x 17,8cm /

Débitage
Homothétie /
√256=16 /
L=16μ ; H=16μ /
1,68mx 2,84m /
4,77m2 /

Menu
4μ /
P /256:4 = 64 P /
8 ♥ /